Entrepreneurs du web : Pierre Benayoun

Pierre Benayoun développeur web

Pour cette nouvelle série concernant les métiers du web, j’ai décidé de vous présenter Pierre Benayoun, qui est développeur web indépendant à Bordeaux (33, France).

1. Bonjour Pierre, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Pierre Benayoun développeur webBonjour, je m’appelle Pierre Benayoun, j’ai 38 ans, et je suis développeur indépendant. J’ai pas mal roulé ma bosse avec des postes de formateur, développeur en SSII, chef de projet puis consultant.

J’ai travaillé dans des domaines comme le jeu vidéo, le monde du vin, l’aéronautique ou l’e-commerce avec comme clients comme Thales ou C-Discount par exemple.

Je suis actuellement à plein temps sur mon application Fit Plus pour Android.

2. Concrètement, en quoi consiste ton job ?

Je développe mes applications sous Android : la particularité c’est que comme je suis indépendant, je gère moi-même tous les aspects : programmation évidemment, mais aussi design, ergonomie et même marketing via mon blog.

Je m’occupe aussi la traduction en anglais et de la distribution via Google play. Cela va jusqu’à la gestion des paiements internationaux via la plateforme irlandaise de Google !

3. Est-ce que tu peux nous en dire plus sur Fit Plus stp ?

Pierre Benayoun Fit Plus Application AndroidBien sur ! Fit Plus une application Android qui permet de maximiser les données récoltées par l’agrégateur d’activité Google Fit. C’est de l’actimétrie : la mesure des différentes activités comme la marche, le vélo, la course etc…

L’idée est de permettre à l’utilisateur de profiter au maximum de toutes les données récoltées, en lui permettant de visualiser facilement le temps passé à marcher ou à vélo, savoir combien de temps il passe en moyenne par semaine en véhicule, etc..

C’est passionnant, car c’est un secteur qui émerge et tout reste à faire. On commence à peine à mesurer précisément les différentes activités, et à mon avis, personne n’arrive encore à afficher les données de manière intéressante : par exemple, on vous affiche 3543 pas pour une journée mais quel est l’impact potentiel sur votre vie ?

4. Pourquoi as-tu choisi ce métier ?

D’abord j’ai toujours eu l’âme d’un bidouilleur. Et puis, au strict niveau professionnel, c’est par défaut que je me suis retrouvé diplômé de l’ENSEIRB-MATMECA. J’ai ensuite suivi les opportunités qui se présentaient à moi avant de découvrir la programmation sous Android, et c’est là que j’ai eu le coup de foudre pour ce métier.

5. Qu’est ce que tu aimes dans ce métier ?

Mes précédentes expériences étaient souvent très intéressantes, mais je n’avais la main que sur une toute petite partie d’un projet, et c’était assez frustrant.

A présent, je peux développer une application mobile de A à Z. C’est d’abord très valorisant de pouvoir tout gérer. On n’est pas un maillon dans la chaîne, on est le vrai créateur de l’application. Cela me donne de plus une souplesse très appréciable : une idée ou une modification à apporter ? Pas de paperasse ou de réunion interminable pour se lancer, tout est à portée de click !

6. Quelles sont les spécificités/spécialités ?  

Dans mon domaine, on est souvent multi casquette dans un environnement qui change en permanence. On doit s’adapter et apprendre continuellement. Il faut donc être multi-compétences et avoir un fort sens de l’adaptation.

Il faut aussi savoir s’entourer : je ne fais pas toujours tout tout seul et j’échange en permanence avec des professionnels d’autres domaines, comme le graphisme ou l’ergonomie.

7. Comment vois-tu l’avenir de ce métier ?

Il n’y a pas si longtemps, le développeur était en bout de chaîne dans un processus de création très hiérarchisé : le client demandait au commercial, qui commandait au chef de projet, qui exigeait du développeur.

Je pense que le métier va continuer d’évoluer vers un développeur (ou une développeuse !) multi-compétence. Il ou elle travaillera de plus en plus en mode collaboratif avec tous les acteurs d’un projet, du client à l’utilisateur final.

Vous pouvez retrouver les coordonnées de Pierre sur son site  www.cabnum.fr ou sur son blog.

L'informatique écol
NO COMMENTS

Sorry, the comment form is closed at this time.